Miguel Condé

Condé est né en 1939 à Pittsburgh, Pennsylvanie d'un père mexicain et d'une mère nord-américaine. Jusqu'en 1948 il vécu en alternance entre les États-Unis et le Mexique et puis s'installa à New York avec sa mère. Il est un peintre, un dessinateur et un graveur figuratif, tout appris de manière autodidacte, à l'exception d'études d'anatomie apprises avec Stephen Rogers Peck à New York et des études de techniques de gravure à l'«Atelier 17» de Stanley William Hayter à Paris grâce à une bourse attribuée par le gouvernement français. Entre 1966 et 1969 il devient Professeur de Techniques Mixtes du programme de troisième cycle des Beaux Arts à Iowa.
En 1969 il retourne en France, puis voyage en Espagne et s'installe à Sitges avec sa famille. Entre 1971 et 1972 il a été invité à participer à l'atelier itinérant de gravure de l'Institut Smithsonian de Barcelone, où il a repris la gravure. Juana Mordó lui offre sa première exposition en Espagne, qui eu lieu en 1974. Cette même année il a été nommé boursier de la Fondation Commémorative John Simon Guggenheim. Finalement en 1992 il s'installe à Madrid.       

Condé a été attribué divers prix internationaux et en 1991 a été nommé membre à vie des Peintres-Graveurs Français. Son travail est représenté dans de nombreux musées et collections : Museum of Modern Art (New York), Cleveland Museum of Art (Ohio), Blanton Museum of Art (Texas), University of Essex Collection of Latin American Art (Royaume-Uni), Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía (Espagne), Albertina (Autriche), Bibliothèque Nationale de France (Paris), etc.

Miguel Condé est un artiste véritablement cosmopolite, son travail est plein de résonances d'autres époques et d'autres cultures mais à la fois très personnel. Ses œuvres semblent raconter une histoire énigmatique pleine de personnages d'une autre ère, peut-être parce qu'il a toujours été très sensible à l'esthétique de la première Renaissance. C'est un thème qui lie ses œuvres entre elles comme s'il s'agissait de scènes théâtrales en pleine représentation avec des dramatis personae inspirés de la Commedia dell'Arte : le clown, le sage, le voyageur, l'acrobate… La palette de couleurs, de même que le thème, est inspirée par le Médiéval, l'Orient et la Renaissance. Il emploie des couleurs subtiles et des tonalités chaudes, des siennes, des ocres, des bleus, des nuances vénitiennes…

Son monde nous est présenté comme une atmosphère élégante et atemporelle pleine de couleurs diffuses. Il nous invite à rétablir les dialogues humanistes, de nos jours oubliés ou relégués à notre subconscient.