Meritxell Tembleque et Joaquim Falcó

Txell est née à Barcelone en 1970 et Quím à Ripoll en 1966. Elle, elle étudie la céramique et les arts du verre et lui, la sculpture et les arts du verre à Barcelone. Tous deux obtiennent une bourse pour réaliser des études sur les techniques sculpturales du verre en  République Tchèque, dans l'atelier du sculpteur Jaroslav Wasserbauer. Puis tous deux montent un atelier ensemble en 1999 à Barcelone. Ils font partie du mouvement appelé New Glass.

Ils ont fait des expositions et des biennales en Espagne, au Mexique, au Danemark et au Japon. Les prix qu'ils ont reçus entre d’autres sont: ARTFAD d'Argent 2006 dans la catégorie professionnelle à Barcelone et le 2ème prix au 26ème concours international de design Expohogar.

Ils disent: “Ce qui nous intéresse c'est la Créativité. Surtout si elle ne tombe pas dans des débats nominaux: Art, Artisanat, Design? C'est où ces trois concepts se croisent que nous nous sentons les plus à l'aise. Nous avons fait du verre notre métier et un moyen à travers lequel nous pouvons mener une recherche plastique. Nous cherchons approfondir la poésie des matériaux et équilibrer la charge conceptuelle et la facture technique.”

   
Leur travail en commun est méticuleux et réfléchi. Les sculptures de Quim et Txell sont le résultat de la combinaison de formes, d'écriture et de transparences. L'usage de l'écriture est impactante. Ils gravent des mots et des phrases dans le verre composant des calligraphies qui donnent l'impression d'être suspendues. L'écriture devient un journal personel que tout le monde peut lire mais peut difficilement déchiffrer: la superposition des phrases rend leur lecture difficile, voire impossible.
Une des techniques utilisées, entre autres, est la " vitrofusion". Les pièces sont fabriquées à partir de plaques de verre en plusieurs couches suivant la forme approximative de la pièce finale. Ils écrivent sur ces couches avec de la grisaille, puis mettent toutes les couches empilées les unes sur les autres dans un moule fabriqué précédemment avec la forme de la pièce finale. Ceci est ensuite fondue dans un four électrique. Le résultat est que toutes les couches deviennent un seul volume de verre, qui peut ensuite être travaillé à froid: découpé, façonné, poli... Le défi technique est de faire fondre le verre sans que l'écriture et les couches se mélangent. Cette superposition de couches d'écriture est une superposition de souvenirs et d'expériences: un carnet de voyage où texte et œuvre sont intimement liés.      

Les prix vont de 420 € à 8,000 €.