Eric Rossell Vela

Eric est né en Andorre en 1988.
Il a fait un Diplôme Supérieur de Photographie et d'Art Digital à l'Université Polytechnique de Catalogne en 2010 et possède un Diplôme National d'Arts Plastiques de l'École Supérieure des Beaux Arts de Montpellier, spécialité photographie, sérigraphie et vidéo (2013).
Il a déjà eu une exposition solo en Andorre, «Géométrie émotionnelle», une exposition de photographies pour Artèria dans le hall d'expositions du centre culturel La Llacuna en 2009.

Il a également participé à plusieurs collectives: «La Nocturne du Musée Fabre», exposition d'étudiants d'art de Montpellier pendant un mois au musée Fabre en 2013; «Buzz # 4», projet d'exposition d'art digital avec des étudiants de l'École Supérieure d'Architecture et des Beaux-Arts à la Galerie Aperto en 2013 (Montpellier); «Visions urbaines», Centre d'Art Can Patalarga à Vic en 2010; CITM JAZZ FEST, une exposition du reportage photographique du Festival de Jazz de Terrassa en 2010; et «Abstraction géométrique» à la galerie «La Rueda» de Barcelone en 2009.

    

Il s'agit d'une série réalisée lors d'un voyage en Belgique et aux Pays-Bas, avec un appareil-photo analogique avec un film en noir et blanc, plus tard numérisé pour pouvoir la présenter sur un support en aluminium.

L'architecture et la géométrie font partie de son intérêt pour la photographie. Observant les bâtiments autour de lui, il fait une lecture graphique pour en extraire les formes géométriques de base. Ce sont ces formes qui définissent l'architecture contemporaine, basée sur la simplicité.

Dans d'autres séries comme «Géométrie Émotionnelle», son premier travail sur les détails géométriques de l'architecture de Barcelone, il a exploré les façades des bâtiments modernistes qui contrastent avec la construction neuve, résolument contemporaine. Regardant l'ensemble, ou les détails de ceux-ci, on peut observer l'évolution de l'esthétique de chaque style.

C'est précisément pendant son séjour dans le nord de l'Europe, qu'il s'est rendu compte de la présence de grands bâtiments construits à la fin du XXe siècle, qui illustrent parfaitement la notion simpliste de la géométrie dans l'architecture. Ces formes se multiplient et il a ressenti le besoin d'utiliser l'appareil-photo pour les extraire de leur fonctionnalité.

La photographie est un outil d'expression très puissant, mais dans ce cas Eric montre juste des compositions graphiques, inspirées par le mouvement de l'abstraction géométrique. La linéarisation des formes géométriques de base lui permet de construire un discours abstrait avec équilibre et élégance.

      

Les prix vont de 210 € à  €.